Sa passion du dessin ne l’a jamais vraiment quitté. Ses premiers croquis – bien rangés dans le grenier familial – n’ont été que les prémices prometteurs de son parcours de graphiste, spécialisée en exécution dans le domaine du prépresse (dépliants, affiches, catalogues) et dans celui du packaging (grande distribution, alimentaire, pharmaceutique) depuis bientôt dix-neuf ans. Elle est entrepreneur-salariée et associée à la coopérative d’activités, Graines de Sol, depuis quatre années.

Le dessin est l’un de vos traits de caractère?

Cécile Bodin : J’ai toujours fait du dessin dès mon plus jeune âge, me servant de cet outil comme moyen d’expression. Mes parents ont laissé libre cours à ma passion, m’ont aidé à me réaliser. Après un bac littéraire avec option complète arts plastiques, j’ai enchaîné par une classe préparatoire aux écoles d’art à Lyon, puis s’en est suivie l’entrée à l’École régionale des Beaux-Arts de Saint-Étienne l’année suivante. J’ai pu approfondir certaines techniques traditionnelles et en diversifier d’autres comme la photo, le modelage, la sculpture. Souhaitant voler de mes propres ailes et entrer dans la vie active assez tôt, je me suis orientée par la suite vers un aspect plus concret pour enrichir ma formation artistique. J’ai ajouté un outil supplémentaire d’expression à ma palette par une formation en infographie, en alternance à Lyon. J’y ai rencontré ma maître de stage, Christiane Ricout, avec qui je travaille encore à ce jour. Cette expérience m’a permis d’avoir un débouché sur un métier dans le domaine de la communication visuelle, puisque j’ai eu la chance d’intégrer, juste après cette formation, une petite imprimerie familiale sur Corbas, pour laquelle j’ai travaillé près de six ans en tant que graphiste (créa/exé). Cette belle expérience m’a permis de connaître la chaîne graphique dans son ensemble, les différents aspects de la photogravure et d’obtenir des clés afin de définir les meilleures options pour la préparation des fichiers d’impression, en anticipant les contraintes techniques que pouvaient rencontrer les imprimeurs par la suite, selon les supports et méthodes d’impression utilisés.

Le monde entrepreneurial un véritable tremplin?

Cécile Bodin : J’ai eu besoin de partir pour «grandir» et voir ce qu’il passait ailleurs. Je voulais étoffer mes compétences en agence de publicité et dans la communication. Ces six années d’expérience dans les métiers de l’imprimerie m’ont permis d’être recrutée par l’agence Jump France (Being) pour un poste de graphiste en exécution prépresse, poste dédié au client principal de l’agence. J’y suis restée un peu plus de deux ans car à la naissance de mon premier enfant, j’ai souhaité concilier vie familiale et vie professionnelle en m’installant en tant que graphiste freelance, inscrite à la Chambre de Métiers de Lyon. Pendant trois ans, j’ai travaillé principalement avec mes anciens contacts professionnels, jusqu’à la naissance de mon deuxième enfant. J’ai alors mis temporairement mon activité entre parenthèse pour devenir assistante maternelle et me consacrer à ma famille. Christiane Ricout m’a relancé et m’a conseillé d’intégrer une coopérative d’activités [Graines de Sol, en septembre 2013]. J’ai donc relancé et développé mon activité de graphiste exé, plus particulièrement en packaging (grande distribution, alimentaire, pharmaceutique et le prépresse [univers «papier» : catalogues, brochures, cartes de visite, tracts, affiches, banderoles, déco de stands]).

Déchargée des démarches administratives et de tous ces aspects comptables qui ne sont pas trop mon fort, je peux me consacrer plus facilement à la partie production et commerciale de mon activité. Les formations internes proposées par la coopérative sont très riches également et permettent d’étoffer les expériences de chacun au gré de ses besoins. L’un des principaux avantages est qu’en tant qu’entrepreneurs, nous faisons partie d’un réseau, nous ne sommes donc plus seuls. Permettre à d’autres porteurs de projets d’avoir la chance d’intégrer la coopérative, avec ces idées de transmettre des valeurs positives d’entraide et de participer à la pérennisation de la structure sont importantes pour moi et m’ont poussée en 2015 à devenir salariée-associée à la coopérative. J’apprécie avant tout ces relations humaines et bienveillantes, axées autour de la solidarité, du partage, de l’échange d’expériences qui font toute la richesse de cette coopérative.

Taraxacom
Courriel : contact@taraxacom.net
Site web : https://www.taraxacom.net/

Article rédigé par Jérôme BLAIN

Yes No